Plantes compagnes : Pour faire équipe avec le colza, il n’y a pas que la féverole…

13 avril 2018

Les plantes compagnes ont eu l’honneur du Dossier du 25ème numéro du « Jalons », le magazine Sulky du semis et de la fertilisation. Si la féverole est l’espèce la plus référencée en la matière, qu’en est-il du colza associé à des légumineuses comme les lentilles, le fenugrec, la gesse, voire le trèfle ?

 

Les performances du colza sont aléatoires, on le sait. Elles dépendent autant de la qualité d’implantation que de l’efficacité – aléatoire – des intrants selon les années.
L’association de légumineuses gélives au colza peut y remédier. Elle contribue à améliorer la fertilité des sols (capables de fournir l’azote en fin d’hiver au colza, tout en luttant contre les mauvaises herbes), à perturber les insectes d’automne (grosses altises, charançons), à limiter la nuisibilité provoquée par les larves durant l’hiver. Sous certaines conditions, la diminution de la concurrence des adventices est même au programme.

 

Par ailleurs, l’apport de féverole dans l’association semble accélérer le drainage aidant par leurs racines à fissurer et aérer le sol, tout en stockant de l’azote. Mieux, il  limite de façon surprenante le stress (anoxie) très préjudiciable au colza en sol hydromorphe.

 

Alors, quels contextes privilégier ?

Les sols à faible disponibilité en azote sont de bons candidats : sols superficiels, parcelles où les apports organiques sont peu fréquents. Les parcelles relativement propres sont à préférer. On choisira des variétés de colza très peu sensibles (TPS) à l’élongation automnale. On avancera la date de semis par rapport aux recommandations pour le colza en pur, surtout dans les sols argileux et les régions les plus fraîches (dans l’idéal, semer avant une pluie annoncée). Pour la densité, celle du colza reste inchangée par rapport à un colza seul, soit une densité entre 30 et 60 graines/m² selon les pertes estimées à la levée ; l’objectif est de 20 à 45 plantes/m² de colza. La date de levée doit impérativement s’établir au 1er septembre au plus tard en zone continentale, au 5 septembre dernier délai, en bordure maritime, ce qui impose un semis avant fin août.

Semer deux espèces comme le colza et sa plante compagne, c’est le principe même de la trémie DUO de 70 litres, dont le système de dosage est relié à la console générale en cabine. En fin de journée, la vidange des trémies permet de récupérer des semences inutilisées…pures !

Choisir des espèces gélives

Pour éviter le recours à une destruction chimique, le choix des plantes les plus sensibles au gel est primordial, surtout en bordure maritime ou dans des zones où le gel est peu fréquent et peu prononcé. Les espèces les plus sensibles au gel sont les lentilles, le fenugrec, la gesse et les variétés mono-coupe de trèfle d’Alexandrie. A contrario, les vesces sont peu sensibles au gel (surtout la vesce commune, ou alors privilégier une variété précoce, comme Nacre), de même que le trèfle blanc. La sensibilité de la féverole (de printemps) au gel est aléatoire : elle dépend de son niveau de développement et de l’intensité du gel lorsqu’il survient.
Dans les parcelles à risque aphanomycès (présence de légumineuses sensibles à cette maladie dans la rotation comme le pois, la lentille… ou si le pouvoir infectieux du sol est supérieur à 1), il est recommandé de choisir des espèces non hôtes ou des variétés résistantes à aphanomycès pour ne pas multiplier l’inoculum. Ces espèces peuvent être la féverole, le fenugrec, le trèfle d’Alexandrie, etc…

 

 

Caractéristiques des principales légumineuses en tant que plantes compagnes (source : Terres-Inovia)

 

Un couvert semi-permanent en ajoutant du trèfle blanc nain ?

Le trèfle blanc se développant très peu à l’automne, il apporte peu de bénéfices au colza. Sa croissance ne débute qu’au printemps (il est peu sensible au gel). Cette spécificité fait qu’il peut être ajouté dans un mélange de légumineuses gélives dans le but de se développer rapidement pendant l’interculture suivante, voire de servir de couvert permanent qui restera en place dans les cultures suivantes. Pour limiter les risques de compétition avec le colza au printemps, il est impératif de choisir des variétés de trèfle blanc naines, comme Aberace. Dans les systèmes avec couverture semi-permanente, il est conseillé de semer le couvert en même temps que le colza. Point important, la profondeur de semis du trèfle blanc doit être superficielle.

 

 

 

Pour en savoir plus et retrouver les caractéristiques de mélanges évalués par Terres Inovia, téléchargez gratuitement le guide « Colza associé à un couvert de légumineuses gélives », sur www.terresinovia.fr .

 

Antilimace, semences, microgranulés : la trémie DUO offre une grande polyvalence. Ici zoom sur le doseur de cette mini-trémie.

 

Jalon Magazine

Je m’abonne

Nous avons bien pris en compte votre inscription.